Les personnes handicapées méritent mieux qu’une sexualité à deux balles !

Dans cette vidéo et dans cet article, je vais vous parler de la sexualité des personnes handicapées

 

Une intimité sous contrôle ?

Permettre aux personnes lourdement handicapées qui vivent en institution d’avoir une sexualité dérange ! A tel point qu’on aimerait bien qu’elle n’existe pas !

C’est un peu comme si de ne pas en parler permettait de zapper la question !

D’ici qu’un handi vienne revendiquer le droit à une sexualité comme tout le monde … on a le temps 🙂

Ben moi je dis : levons les tabous !

 

L’assistance sexuelle : des « miettes », à défaut de mieux ?

Pourquoi tout résumer au sexe ? Et quid de tout le versant affectif et sentimental ?

OK, c’est toujours mieux que rien mais …

 

 

La solitude pour seule compagnie ?

Le jour où tu réalises que tu as 50 ans … que ta mère e st morte et que ton père a été placé en maison de retraite et que toi tu es planquée dans ton lieu de vie familial parce que tu n’as pas réussi à trouver un lieu « accessible » à ton handicap, ça fait peur !

Tu en viens à te demander si tu n’est pas passée à côté de ta vie sentimentale et ..  de ta vie tout court !

 

Une vie de frustrations ?

Déjà on marche avec difficultés et maintenant en plus on n’a pas le droit à être aimé ?

Finalement, notre vie se résumerait-elle à beaucoup de frustration et d’incapacités diverses et variées ?!

Une sexualité épanouie pour tous !

La personne handicapée n’est peut-être pas toujours celle que l’on pense l’être !

Combien de femmes sont en attente de connaître leurs propres plaisirs ? Combien peuvent dire connaître et vivre l’orgasme durant les rapports ?

Quelle est la différence entre jouissance et orgasme ?

Vivre une sexualité, ok mais pas n’importe quelle sexualité et pas avec « n’importe qui » ou n’importe comment

 

Et la tendresse, bordel ?

Pourquoi ne pas parler avant tout de vie affective ? et la sexualité suivre ensuite si vécue dans une relation pleine et entière entre deux êtres qui s’aiment et non entre une personne dite dépendante et handicapée et une personne bénévole ou payée pour se prêter au jeu de l’assistant(e) sexuel(le) ?

 

Une sexualité, oui, mais pas sans tout le reste !

 

 

Voir la vidéo

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Ma vie d’aidante familiale, bien malgré moi

Ma vie d’aidante familiale, bien malgré moi Millau, le 15 août 1990 : mon père chute du ciel en delta...

Fermer