Violences sexuelles : le silence tue à petits feux

(moi à 21 ans)

 

En tant que personne adulte, anciennement enfant abusé par mon grand père paternel, et juriste de formation (Doctorat en droit privé et sciences criminelles), j’ai rédigé cet article, dans le cadre de la thérapie que je suis à la demande de mon médecin gastro-entérologue qui m’a expliqué le lien entre traumatisme psychologique / émotionnel et troubles digestifs fonctionnels.

Quand il a su que j’avais été abusé enfant, il m’a remis une liste de praticiens formés à l’EMDR. Les initiales EMDR signifient eye movement desensitization and reprocessing c’est-à-dire désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires. L’EMDR permet de retraiter des vécus traumatiques non digérés à l’origine de divers symptômes, parfois très invalidants.

Lors des trois premières séances, qui durent 50 minutes, j’ai évoqué à la psychologue les différents évènements marquants depuis l’enfance. Lorsque je lui ai parlé d’un « semi-viol » que j’aurais vécu à 21 ans, elle m’a de suite reprise pour me demander pourquoi je disais « semi-viol ». Tout simplement, parce que je m’étais laissée faire … de peur de me faire violenter.

Je m’étais retrouvée seule face à cet homme, et ma mère m’avait pourtant bien dit de ne pas y aller ! Bref, les rapports avaient été forcés mais je me sentais coupable de m’être retrouvée prise au piège.

En évoquant avec elle les faits, mon regard de femme adulte a rapidement compris que c’était bien un viol que j’avais subi ! A aucun moment je n’avais consenti à ce qu’il me pénètre, j’avais simplement cédé à son « forcing ».

 

Des relations forcées encore bien trop fréquentes !

10,7% des femmes déclarent avoir cédé aux attentes de leur partenaire (contre près de 7% des hommes), et 1,7% avoir été forcées. C’est pourquoi Santé publique France lance la campagne « OK, pas OK » sur la question du consentement destinée aux adolescents. La campagne repose sur une série de podcasts réalisés par Delphine Dhilly, auteure d’un documentaire « sexe sans consentement » qui a été diffusé par France 2 dans l’émission infrarouge. Quatre jeunes filles et un garçon y témoignent de leur expérience. Chaque podcast s’achève par un message rappelant l’importance de se parler et de s’écouter. Les podcasts se trouvent sur le site Onsexprime.fr (rubrique « Doits & Sexes ») de l’agence sanitaire dédié aux ados. A ceci, s’ajoute une campagne à la radio, sur les plateformes audio (Spotify, Deezer, NRJ radio digitale, Fun radio) et les réseaux sociaux (Snapchat, Instagram, Facebook) pour inciter les adolescents à venir écouter ces témoignages. L’étude montre également que les violences sexuelles sont de plus en plus déclarées, en particulier par les femmes. Chez les 15-17 ans, 8% des jeunes femmes ont déjà été confrontées à des rapports forcés ou à des tentatives de rapports forcés contre 1% des jeunes hommes. Pour l’agence sanitaire, la parole se libère en matière de violences sexuelles, mais la prévention reste indispensable car les violences ont un impact important sur la santé actuelle et future des victimes.

Source : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/10/23/97001-20181023FILWWW00084-des-premiers-rapports-sexuels-pas-toujours-voulus-enquete.php

 

 

Viol ou pas viol ?

 

Mon histoire en vidéo

Dans cette vidéo, je m’adresse à cet homme, dont jamais je n’ai jamais oublié le nom : « Jean-Pierre G. », auteur d’un livre de poèmes et artiste-compositeur qui disait à l’époque où je l’avais connu connaître le chanteur Patrick Bruel. Il avait clairement usé de cela pour me faire entrer dans ses filets.

Moi j’avais 21 ans, je vivais à Montpellier avec mon frère âgé de 17 ans, mon père était entre la vie et la mort à l’hôpital (suite à un grave accident de delta plane) et ma mère travaillait sur Antibes.

Avec le temps, il m’est arrivé parfois de me demander : pourquoi un homme est-il amené à forcer une femme, pour obtenir d’elle des relations sexuelles ?

N’est-il pas beaucoup plus jouissif pour un homme d’être dans une relation sexuelle partagée ?!

 

Forcer une femme à accepter d’avoir des relations sexuelles avec lui c’est une chose mais prendre la femme comme un pur objet de consommation, c’est pire !

A priori, tout homme sait qu’une femme est « plus lente » à venir qu’un homme : sans aucun préliminaire, le coït ne peut être que désagréable ! La femme qui est pénétrée sans aucun préliminaire (baiser, caresses, etc) est ni plus ni moins qu’une femme considérée comme une prostituée ou une poupée gonflable !

Un tel homme n’est-il pas un gros « pervers » ?!

Autant je peux comprendre qu’un homme soit en manque ou connaisse une certaine misère sexuelle et cherche à combler ses manques, autant qu’il considère la femme comme un objet, NON !

C’est ce genre de personnages qui deviennent des parents abuseurs … ils en ont le profil !

 

Même après 30 ans, la victime n’a pas oublié !

Les viols laissent des traces …

Toute violence sexuelle crée un traumatisme.

Saviez-vous qu’en France, 4 millions d’enfants sont abusés chaque année ?!

et 16% de femmes sont victimes de viols.

Le silence peut tuer …

Chez moi, les abus de mon grand père ont déclenché une sclérose en plaques (qui a débuté à mes 12 ans après la mort de mon grand-père mais qui n’a été diagnostiquée qu’à mes 38 ans, quand elle est devenue « secondaire progressive »), j’en suis convaincue (je vous invite à lire les écrits de la psychiatre Muriel SALMONA).

Ajoutés aux abus/violences sexuelles connues par la suite, j’ai développé ce que les médecins appellent une dyspepsie fonctionnelle et une gastroparésie : douleurs à l’estomac et lenteur digestive. Et bien sûr la SEP est sûrement en lien avec les abus sexuels prodigués par mon grand père durant l’enfance !

 

 

 

Plus jamais ça !

Si les hommes pouvaient avoir une meilleure considération de la femme, les choses seraient plus simples !

 

L’enfant vulnérable est une proie facile pour le proche abuseur …

La jeune femme immature peut se retrouver dans une situation dans laquelle elle va être elle aussi une proie facile.

 

Victimes, ne gardez plus le silence !!!

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Comment vaincre la peur des examens oraux ?

Comment vaincre la peur des examens oraux ? Comment ne plus avoir peur du jury lorsque l’on doit passer un...

Fermer